Connecting...

W1siziisijiwmtcvmdmvmjevmtqvmdcvmtkvmzgwl0tles1zb2z0lxnrawxscy1vzi1zdwnjzxnzznvslxblb3bszs5qcgcixsxbinailcj0ahvtyiisijkwmhgzmdbcdtawm2mixv0

De nos jours, les affaires sont en grande partie une question de méritocratie. La plupart des liens noués à une période révolue ont été oubliés, tandis que le monde du travail s'est rendu compte que le principe selon lequel il vaut mieux disposer de solides connaissances que d'avoir des relations professionnelles est le mantra le plus valable au XXIème siècle pour les secteurs du commerce et de l'industrie.

Le principe central de la méritocratie est le suivant : les meilleurs sont récompensés, et la crème de la crème atteint les sommets. Cependant, être le dirigeant d'une équipe ou d'une entreprise n'est pas une simple question de réussite. De nos jours, pour s'accomplir pleinement en tant que dirigeant commercial, il faut détenir une gamme de compétences aussi variée qu'étendue.

Si vous réussissez, vous pouvez espérer récolter les fruits d'une main d'œuvre heureuse et productive. Si vous échouez, il se peut que vous n'occupiez plus le poste de responsable pendant un bon moment.

Un secteur entier s'est développé pour transmettre les tenants et les aboutissants destinés aux grands dirigeants. Personne ne pourrait remettre en cause la validité de vos études pour améliorer vos compétences en leadership, mais tandis que vous vous préparez à l'obtention de votre maîtrise, tenez compte des suggestions suivantes, que vous pourriez concrétiser :

Je suis allé(e) là-bas, j'ai fait cela

Tout repose sur l'expérience. Si les membres de votre équipe savent que vous vous êtes mis(e) à leur place et que vous avez rencontré les mêmes problèmes auxquels ils sont confrontés, votre crédibilité est assurée. Ils respecteront en outre vos décisions (même s'ils ne sont pas toujours d'accord avec ces dernières).

Soyez honnête avec vous-même et avec autrui

Les dirigeants respectés ont besoin d'une intelligence émotionnelle et doivent savoir comment leurs actions impactent chaque membre de leur équipe ou entreprise. Vous devez vous connaître vous-même et savoir comment contrôler vos émotions. Les affaires ne laissent aucune place aux jugements irréfléchis. Vous devriez par ailleurs pouvoir évaluer avec honnêteté votre équipe ou l'état de votre entreprise, notamment en recherchant les faiblesses et défauts, ainsi que les points forts.

Croyez en l'équipe

Vos subalternes représentent votre avantage le plus important. Sans eux, vous n'êtes rien, donc traitez-les en conséquence. Pour commencer, rappelez-vous qu'ils font de leur mieux pour vous satisfaire. Si vous avez besoin de donner un retour négatif, retournez la situation en aidant les membres de votre équipe à savoir comment ils peuvent modifier les choses pour les faire fonctionner.

Admettez vos erreurs

Tout le monde commet des erreurs. Les meilleurs dirigeants savent comment les admettre et en tirer des leçons. Si les choses se passent mal, la dernière chose à faire est bien d'accuser votre équipe. En le faisant, vous êtes certain(e) de diviser cette dernière et de ne plus vous en faire respecter. Au lieu de cela, concentrez-vous sur la façon dont vous pourriez arranger les choses, en faisant un véritable effort. C'est la meilleure manière de changer un point négatif en un point positif.

Soyez flexible

Lorsque quelque chose se passe mal, on a besoin d'un plan B. Plus important encore, il faut être conscient d'en avoir besoin. Familiarisez-vous avec un sujet, abordez-le sous différents angles, et proposez des solutions moins évidentes. Faites de même avec les pratiques et systèmes professionnels. Si ces derniers ne fonctionnent pas, préparez-vous à les changer.

Dirigez sans dicter

L'histoire est parsemée de mémoires de dictateurs, qui ont la plupart du temps connu une fin difficile. Vous devez diriger en montrant l'exemple, notamment en travaillant plus dur que toute autre personne, et en prouvant votre souhait de consacrer plus de temps à un projet. En comprenant cela, vous pouvez espérer une productivité optimale, qui vous permettra d'atteindre une courbe ascensionnelle.

Ne faites pas preuve de favoritisme

L'idée de vous entourer de « béni oui oui » parait séduisante si vos incertitudes sont démesurées, mais cela n'apportera rien de positif à votre entreprise. Vous avez besoin de personnes prêtes à défier vos idées : contrairement à ce que votre ego pourrait vous dire, il est statistiquement impossible d'avoir tout le temps raison. Le fait de privilégier un ou deux employé(s) par rapport à d'autres est tout aussi préjudiciable. En effet, la rancœur et la désillusion sont à éviter à tout prix sur le lieu de travail.

Rendez à César ce qui est à César

En tant que patron(ne), il vous incombe de prendre des décisions difficiles, et d'affirmer des vérités blessantes lorsque c'est nécessaire. Il vous revient aussi de louer du bon travail et de vous assurer que les informations circulent. Un bon dirigeant doit veiller à ne pas s'attribuer tout le mérite. C'est une autre façon de gagner le respect de votre personnel, et cela vous sera fort utile lorsque vous devrez concrétiser des décisions mal perçues.

Posez des questions

Beaucoup de questions. Sur vous-même, votre équipe, vos clients, vos pratiques professionnelles, sur les nouveaux marchés, sur l'état et l'avenir de votre secteur. Gardez l'esprit ouvert, curieux, et encouragez votre équipe à faire de même.

Soyez prêt(e) à prendre des risques

Les affaires ne connaissent pas de croissance sans prise de risques. Certes, il se peut que les choses ne se passent pas comme vous les aviez prévues, mais il est important de se montrer audacieux(s) et d'évaluer des objectifs. Encouragez aussi votre équipe à prendre des risques, tout en vous assurant de les soutenir en cas d'imprévu.

Sachez à quel moment reculer

La microgestion est aussi néfaste pour vous-même que pour votre équipe. Si vous essayez de tout contrôler, vous ne contrôlez rien correctement. Concentrez-vous sur les domaines où vous réussissez, et déléguez toute tâche ne nécessitant pas votre intervention directe. Lorsque votre équipe s'apercevra que vous microgérez, ses membres vous dissuaderont de prendre des initiatives. Ils pourraient en outre avoir l'impression que vous ne leur faites pas confiance. Vous devez donc comprendre qu'une main d'œuvre démotivée ne vous mènera nulle part.